La Dolce Via en Ardèche à côté de la ViaRhôna

Itinéraire bis de la ViaRhôna, la Dolce Via est une invitation à découvrir l’Ardèche : les œuvres de l’homme et de la nature s’offrent à moi sur cet ancien chemin de fer. Un sentier en pente douce pour se délecter de vues magnifies sur la vallée et les cours d’eau du Doux et de l’Eyrieux.

Je suis allé découvrir cet itinéraire cyclable, agréable et facile, à une vingtaine de kilomètres au nord de Valence au mois de mai : pour l’essentiel, j’en suis ravi !

dolce via en Ardèche - carte du parcours. Illustratrion : dolce-via.com.

Dolce Via en Ardèche – carte du parcours. Le train de l’Ardèche (Le Mastrou) part à quelques kilomètres de la ViaRhôna, à Tournon-sur-Rhône, pour arriver à Lamastre. De là, je suis allé le premier jour jusqu’à Le Cheylard, et le second jour jusqu’à la Voulte-sur-Rhône où l’on peut rejoindre la ViaRhôna à nouveau. Illustration : dolce-via.com.


Commencer la Dolce Via par le train de l’Ardèche

Pour commencer à Lamastre avec son vélo, plusieurs solutions sont possibles :

  • un à deux bus à partir de Valence ;
  • grimper les 12km depuis Tournon-Saint-Jean à vélo jusqu’à Lamastre ;
  • ou prendre Le Mastrou : le train touristique de l’Ardèche, depuis Tournon-Saint-Jean.

L’office de tourisme de l’Ardèche m’a invité à prendre ce train lors de la fête organisée pour les 50 ans de cette liaison.

Pour transporter les 100-150 passagers sur ces 12 kilomètres, il faut brûler près d’une tonne de charbon pour l’aller-retour et on a besoin de près de 6 000 litres d’eau. Ces 7-10kg de charbon par personne sont le tribu écologique qu’il faudra s’acquitter si on veut revivre l’expérience historique du train à vapeur.

Le Mastrou – contexte historique

La ligne “Le Mastrou” a plus de 120 ans. Comme d’autres lignes du département de l’Ardèche, le train avait une importance sociale : le train circulait aussi dans les collines, entre les villages. Il permettait aux habitants de circuler dans la région et de se rendre au marché. Aujourd’hui encore, le “train du marché” relie Tournon-Saint-Jean à Lamastre, chaque mardi (juillet et août).

Les chemins de fer fermaient les lignes dans le département mais les Ardéchois, convaincus que le train amènerait le tourisme dans leurs collines, se sont démenés pour qu’en mai 1968, le train à vapeur commence à transporter des voyageurs sur cette ligne .

Il fait bon de se balader en train ; celui-ci ne va pas bien vite et il fait quelques arrêts. Dans la voiture, un bénévole nous raconte l’histoire du train dans la région, des petites anecdotes qui rendent le voyage agréable et instructif tout en se délectant de prendre de belles photos du paysage que nous offrent les gorges (de la rivière) du Doux.

Le Mastrou – Infos pratiques

  • le Mastrou ne circule que deux à trois jours par semaine, selon la saison  ;
  • lorsque vous réservez, vous devez préciser que vous voulez emporter votre vélo dans le train ;

Aller sur le site du train de l’Ardèche


La Dolce Via à vélo : de Lamastre à La Voulte-sur-Rhône

A Lamastre, il y a un marché matinal le mardi et un marché du terroir le samedi. Malheureusement, le marché n’est pas synchronisé avec le Mastrou (arrivée le mardi vers midi, le jeudi et le dimanche), seulement avec le “train du marché” (qui n’a pas de wagon vélo). Après avoir parcouru la petite ville de Lamastre aux sensations provençales, il est temps de se mettre en route : une vingtaine de kilomètres le premier jour et 45-50km pour le second. Chaque journée offre une expérience singulière !

Jour 1 – de Lamastre à Le Cheylard à vélo : ponts et viaducs à perte de vue

20 km

Facile. Une pente douce montant de 2,3% sur les 12 premiers kilomètres (jusqu’à Les Nonières) puis puis une pente douce descendante de 2,5% pendant 8km jusqu’à Le Cheylard

Si vous voulez vous restaurer, ce sera à Lamastre ou à Le Cheylard. Il y a quelques tables de pic-nic sur la route

A Lamastre, il faut traverser la ville et se diriger vers le pont qui passe au-dessus de la rivière du Doux : on prend la rue Frédéric Nodin juste avant le pont. Un chemin pédestre va continuer le long de la berge tandis que la route s’en écarte. Soyez attentif au premier tournant : il faut faire un demi-tour tel qu’indiqué sur la photo ci-dessous.

La signalétique n’était pas encore installée de manière définitive partout ; à Lamastre, il faut essayer de repérer le logo imprimé sur des feuilles de papier et mise dans des fardes en plastique.

La première partie oscille entre chemins en forêt et routes secondaires où je contemple de belles vues sur la vallée découverte. Cela monte mais c’est une pente douce agréable et facile. Vous croiserez peut-être aussi des chèvres sur les flancs de collines !

Dolce Via en Ardèche

Il y a quelques panneaux d’indication manquants mais globalement, on s’y retrouve. Soyez juste attentif au carrefour de la photo ci-dessous : tournez à gauche (en direction de Les Nonières si vous avez un GPS).

dolce via - carte - tourner à gauche

Lors que j’ai parcouru la Dolce via, j’ai remarqué qu’il n’y avait aucun panneau à ce croisement. Il faut aller à gauche, sous le pont (vers Les Nonières, si vous avez un GPS).

Après le tunnel…

Dolce Via en Ardèche

la signalisation change pour laisser place à un logo de vache et le texte “Voies douces Ardèche” à la place de “Dolce via”. Ce panneau est un panneau générique pour toutes les voies douces de l’Ardèche.

Dolce Via en Ardèche

A partir de ce moment-là, le paysage change également : on ne roule quasiment plus que sur des routes en forêt réservées aux usagers faibles, entrecoupées de viaducs sur lesquels il faut imaginer que des trains passaient au 19e Siècle…

Chaque viaduc offre un beau spectacle : on passe d’arbres à gauche et à droite, à une vue dégagée magnifique sur les vallées vertes de l’Ardèche.

Dolce Via en Ardèche

Le viaduc de la Vignasse est mon favori : il est long, courbé et offre un panorama qui me coupe le souffle.

Pont de la Vignasse - Dolce Via en Ardèche

Pont de la Vignasse – Dolce Via en Ardèche

Pour mon arrivée à Le Cheylard, voilà que le ciel me montre son plus beau spectacle !

Dolce Via en Ardèche – Le Cheylard et les collines au loin

Je dors à l’hôtel Le Provençal (label “Accueil vélo”) : petit hôtel de province, les patrons ont l’hôtel depuis bien des années et ont l’habitude d’accueillir chaque saison des voyageurs. Le petit déjeuner est fourni et plein de produits locaux !

Si vous êtes en groupe, il peut être opportun de choisir le Camping Le Cheylard qui a des bungalows pour jusqu’à 6 personnes (je n’ai pas testé).

Jour 2 – de Le Cheylard à La Voulte : le long de l’Eyrieux (on est heureux)

20 km

Facile. Une pente douce descendante de moins de 1%

Au Cheylard mais aussi à quelques endroits sur le chemin, comme au pont de Chervil. Il y a aussi de la restauration rapide en face d’Aquarock Aventure de Saint-Michel-de-Chabrillanoux.

Le matin, il faut revenir un peu sur ses pas puis continuer à longer l’Eyrieux en direction du pont de Chervil. Cette fois, nous ne sommes plus sur des viaducs traversant les vallées mais à flanc de collines, le long du cour d’eau. La nature s’offre aux cyclistes et badauds.

Dolce Via en Ardèche

Je longe l’eau tout en la surplombant : la roche visible, une flore abondante, pas ou peu de voies partagées avec les voitures.

La pente douce descendante permet de profiter du parcours sans se fatiguer et la route en gravier ne dénature par le paysage : c’est un parcours relaxant. Bientôt, j’arriverai chez le potier !


Aller rencontrer Julien Mazard, le potier à Beauvène

Beauvène est un village perché en hauteur, à 11-13km de Le Cheylard, en fonction de de la route qu’on prend. Pour profiter du paysage, je suis allé jusqu’au Pont de Chervil. de là, il y a 2 collines à passer, 137m de dénivelé positif sur 3km.

Julien Mazard s’est installé en Ardèche pour produire ses poteries, tantôt décoratives, tantôt fonctionnelles. On retrouve beaucoup de poésie et de douceur dans ses réalisations. On ressent l’influence asiatique. Les craquelures dans l’argile m’évoquent les bonsaïs; le gris profond et la blanc : le Yin et le Yang. Il a d’autres collections mais on voit ce que celle-ci tient une place importante dans le travail de l’artisan.

Julien Mazard est une personne charmante : il est souriant et apaisant. Il maîtrise son art et le partage avec plaisir. Ce fut une belle rencontre et j’ai regretté ne pas avoir de place dans mes sacoches pour ramener une théière avec moi.

Informations pratiques

  • Visites sur rendez-vous (une fois par semaine sauf si des groupes)
  • Téléphone : +33 4 27 61 00 06
  • Adresse : Village de Beauvène

Si vous décidez d’aller rencontrer Julien Mazard, soit vous avez le temps et des mollets et vous allez jusqu’à Chalencon (le Pont de Chervil) puis vous traversez l’Eyrieux, soit vous allez pour la facilité mais vous manquerez quelques paysages (ou vous les verrez depuis la départementale) : sortez à Paillès.


De l’accrobranche au-dessus de la rivière de l’Eyrieux

Après une dizaine de kilomètres après le pont de Chervil, j’arrive à Aquarock Aventure à Saint-Michel-de-Chabrillanoux. J’ai faim et ça tombe bien car il y a un petit resto juste en face du guichet de l’accrobranche. Je mange un panini en vitesse et hop, je file faire l’activité. C’est bon et efficace.

Le patron d’Aquarock et les membres de son équipe sont vraiment des gars sympathiques et relax ; on parle des aléas d’une activité qui dépend des conditions météorologiques et du plaisir qu’ils ont à venir travailler en pleine nature.

La particularité de cet accrobranche est sa localisation : au-dessus de l’eau. Il y a de la via Ferrata, des ponts de singes et autres mais surtout le cadre est magnifique ! Et pour ceux qui n’ont pas le vertige (je l’ai un peu), ils vont se régaler !

Dolce Via en Ardèche

Informations pratiques

  • il est indispensable de réserver
  • le restaurant ne fait pas partie de l’Aquarock mais il est ouvert quand l’accrobranche l’est (de ce que j’ai compris)
  • il y a possibilité de garer son vélo et des casiers pour les sacoches
  • Adresse : Cellier du Buis, 07360 Saint-Michel-de-Chabrillanoux, France
  • Téléphone : +33 6 81 15 96 98
  • Site internet : Aquarock Aventure

En quittant Aquarock, je me retrouve sur une voie partagée. Le souci n’est pas tant les voitures ; la route n’a pas été entretenue et il y a pas mal de nids de poule : attention donc sur les prochains kilomètres.

Puis j’arrive sur la dernière partie du territoire Ardèchois. La route venait juste d’être faite (en grande partie, sauf pour les derniers kilomètres). On voit qu’un budget substantiel a été mis à l’aménagement du tronçon ; on est protégé par une barricade qui a été volontairement rouillée (la rouille a été stoppée également ^^).

Dolce Via en Ardèche

Un petit regret toutefois : les barrières filtrantes sont faites des mêmes matériaux et au sol, il y a un arceau dans le même métal. Je ne suis pas certain que ça soit le plus adéquat pour les cyclistes, surtout en tant de pluie. Ceci dit, cela fait plaisir de voir que le département investit afin d’offrir aux touristes comme à sa population, des sentiers agréables.

En descendant vers la Voulte, on se rapproche de plus en plus de l’Eyrieux et j’ai vu pas mal de personnes aller se baigner via des chemins de traverse.

Dolce Via en Ardèche

Arrivé à La Voulte-sur-Rhône, et il me faut traverser le Rhône et pédaler 5km sur la D86 (peu fréquentée) pour rejoindre la gare de Livron (drôme) et continuer ma découverte de la ViaRhôna.

Après deux journées avec un temps sublime et un soleil qui permet à la nature de s’exprimer, je me sens extrêmement bien et en phase avec moi-même. C’est un très beau parcours à faire seul, à deux ou à plusieurs ; la Dolce Via est accessible pour tous et c’est un parcours qui m’a donné beaucoup de plaisir !

La Dolce Via en vidéo

En attendant que je compile les vidéos que j’ai tournées sur le parcours, voici la vidéo réalisée par l’office de tourisme.


Dolce Via : Informations pratiques

 


La route

Le parcours de la Dolce Via que j’ai emprunté est de plus ou moins 70 km. Il est possible d’aller de Le Cheylard à Saint-Agrève (24km) et de retourner à Le Cheylard. Il faudra alors compter au moins une journée de plus.

Si vous souhaitez commencer à la Voulte pour aller à Lamastre (sens inverse de cet article), le site de le Dolce Via explique comment venir à La Voulte.

La route est essentiellement faite de petits graviers (attention au freinage) et de bitume.



La signalisation

Il n’y a pas de signalisation unifiée sur tout le tronçon pour le moment. Il y a deux signalisations principales : les demi-cercles avec “Dolce via” et la chèvre (biquette -> byclette) “voies douces d’Ardèche” qui est un logo générique des voies douces en Ardèche.



Avertissement

Dans la dernière partie, il y a des portes design en métal rouillé : faites attention au support circulaire au sol qui pourrait être glissant en cas de pluie. Personnellement, je ne pense pas que ça soit une bonne idée d’avoir du métal au sol sur lequel on risque de passer avec les roues de vélo, pour avoir déjà glissé sur des rails de tram en ville.

Après l’Aquarock, pendant une dizaine de kilomètres, la route comportait de nombreux nids de poules. La dernière partie était occupée d’être aménagée avec du petit gravier et devrait être agréable en 2019.



Le Logement

J’avais dormi à l’hôtel Le Provençal. Trouvez d’autres établissement à Le Cheylard sur booking.com.



La Restauration

Il y a quelques tables de pic-nic entre Lamastre et Le Cheylard ; par contre, il n’y a pas de restauration sur le chemin. Entre Lamastre et La Voulte, il y a quelques possibilités de restauration et un parc aquatique.


Merci aux offices de tourisme de l’Ardèche et de Lamastre, à leurs employés, ainsi qu’à leurs partenaires touristiques pour leur aide dans la découverte du territoire.

 

Vous avez des photos de la Dolce Via que vous voulez partager avec les lecteurs ?
Postez sur votre instagram avec le hashtag #veloplaisir !

Partagez l’article !

Facebook
Google+
https://www.voyage-velo.com/dolce-via-en-ardeche-viarhona-eurovelo-17">
Twitter
Pinterest
Instagram

Michel

Co-fondateur du blog de voyage www.au-tournant.org, j'ai commencé à utiliser le vélo régulièrement à 11 ans, pour aller à l'école. Depuis, j'ai toujours aimer voyager... à mon rythme. Ah oui, aussi, j'ai lancé avec un autre blogueur, le groupe facebook "Voyage et tourisme à vélo" pour du #VeloPlaisir !